Top Menu Lycée Jaurès

Module de cherche

Jean Jaurès

Jean Jaurès est un homme politique français, né en 1859 et mort assassiné à Paris le 31 juillet 1914. Orateur et parlementaire socialiste, il s'est illustré par son pacifisme et son opposition au déclenchement de la Première Guerre mondiale.

Après une scolarité brillante au Lycée Louis-le-Grand, il est reçu premier à l'École Normale Supérieure en philosophie en 1878, devant Henri Bergson. En 1881, il réussit l'agrégation de philosophie.

Jean Jaurès devient professeur tout d'abord à Albi, puis à Toulouse comme maître de conférences à la Faculté des Lettres.

Entré dans la vie politique à l’âge de 25 ans, il est élu aux élections législatives de 1885 et siège à l’Assemblée Nationale, où il soutient souvent Jules Ferry.

Après sa défaite aux élections de 1889, il reprend l’enseignement à la Faculté de Toulouse, est reçu Docteur en Philosophie en 1892, collabore au journal La Dépêche du Midi, devient conseiller municipal puis maire adjoint à l’Instruction Publique de Toulouse jusqu’en 1893.

En 1892, à travers ses articles publiés dans La Dépêche du Midi, Jean Jaurès soutient, aux côtés de Georges Clemenceau, la grève des mineurs de Carmaux. Accusant la République d'être aux mains de députés et ministres capitalistes, il fait pression avec les grévistes sur le gouvernement, qui arbitre finalement le conflit en faveur de l'ouvrier Calvignac.

Jaurès est alors désigné par les ouvriers de Carmeaux pour les représenter à la Chambre des Députés lors de l’élection anticipée de Janvier 1893. Il y siège comme socialiste indépendant.

En 1898, d’abord convaincu de la culpabilité du capitaine Dreyfus, Jean Jaurès est convaincu de l'innocence de ce dernier par le J'accuse d’Emile Zola ainsi que par ses conversations avec la jeune promotion normalienne. Pour Jaurès, Dreyfus devient alors la victime d’une caste militaire au service du capitalisme. Cette affaire fait de Jaurès un homme politique à l’influence nationale.

Battu aux élections de 1898, Jean Jaurès participe à la fondation du Parti Socialiste Français en 1902, dont il devient le porte-parole à l’Assemblée Nationale, puis fonde en 1904 le quotidien L’Humanité, qu’il dirige jusqu’à sa mort.

Inquiet de la montée des nationalismes et des rivalités entre les grandes puissances occidentales, Jean Jaurès est assassiné le 31 Juillet 1914 par Raoul Villain, alors qu’il tente de convaincre la Chambre des Députés, le Ministère des Affaires Etrangères et l’opinion publique d’éviter les hostilités suite à l’attentat de Sarajevo et à l’ultimatum de l’Autriche à la Serbie.

Son assassinat facilite le ralliement des politiques de Gauche à l’Union Sacrée et au déclenchement de la Première Guerre Mondiale.